Lors d’un investissement locatif, vous pouvez bénéficier des nombreux avantages qu’offre le déficit foncier en réalisant des travaux. Ainsi vous profitez d’une réduction d’impôt sur le revenu non négligeable. Vous créez un déficit quand les charges liées à votre bien sont supérieures à vos revenus fonciers (ou revenus locatifs). Nous vous donnons plus de détails sur le principe du déficit foncier dans notre article dédié à ce sujet.

 

Les conditions de déduction des charges

Avant toute chose, si vous souhaitez déduire de vos revenus fonciers n’importe quelle charge se trouvant dans la liste ci-après, vous devez vous assurez qu’elle remplit les trois conditions suivantes :

  • Les dépenses sont destinées à un bien produisant un revenu foncier et faisant l’objet d’un contrat de location. Il ne peut pas s’agir d’un logement vacant, d’une résidence principale ou secondaire.
  • Les dépenses ont été payées dans l’année civile en cours pour être déduites du revenu de l’année concernée.
  • Les justificatifs de ces dépenses doivent être accessibles pour l’administration fiscale à tout moment. Gardez donc bien toutes vos factures. 😉

 

Les charges qu’il est possible de déduire

Il existe deux types de charges déductibles, les charges financières et les charges non-financières.

Les charges financières

  • Les intérêts d’emprunt (prêt pour acquisition, conservation, construction, réparation ou amélioration du logement, etc.)
  • Les frais associés aux intérêts (frais de dossier, frais de garantie, cotisations pour assurance emprunteur, etc.)

Voilà ici tout l’intérêt de réaliser un investissement en contractant un emprunt bancaire plutôt que de mettre toutes vos économies dans l’achat d’un bien. 😉

Warning

Attention, ces charges sont déduites sur le revenu foncier dans la limite du montant total de ces revenus. C’est-à-dire que si les charges financières sont supérieures aux revenus fonciers, vous ne pourrez déduire qu’un montant égal à ces mêmes revenus. La différence pourra être reportée sur les dix années suivantes.

Les charges non-financières

  • Les frais de gestion locative (frais d’agence immobilière, frais de gardiennage ou de conciergerie, etc.)
  • Les cotisations d’assurance (assurance habitation, loyer impayé, vacance locative, prêt, etc.)
  • Les charges de copropriété (charges qui ne sont pas récupérables auprès du locataire. Liste des charges récupérables)
  • Les impôts et taxes liés au bien loué (taxe foncière, taxe d’équipement, etc.)
  • Les dépenses acquittées pour le compte du locataire restant définitivement à votre charge (non-remboursement total des charges récupérables dues par exemple)
  • Les frais de procédure en cas de différend lié au bien (avocat, notaire, huissier, etc.)
  • Les travaux de réparation et d’entretien (remise aux normes de l’installation électrique, rénovation de la toiture, etc.)
  • Les travaux d’amélioration pour un confort supplémentaire (changement des fenêtres et volets, ajouter des éléments de sécurité type alarmes et digicodes, installation d’une cuisine équipée, etc.)
Warning

Attention, les travaux de construction, de reconstruction, de démolition ou d’agrandissement ne sont pas déductibles des revenus fonciers !

Vous pourrez déduire ces charges à partir de vos revenus fonciers nets de charges financières, donc à partir du résultat précédent. Le résultat après déduction est soit un bénéfice foncier, soit un déficit foncier.

 

Si vous êtes bel et bien dans le cas d’un déficit foncier, vous pourrez déduire ce montant de votre revenu imposable l’année où il est constaté dans la limite des 10 700€ autorisés. Montant que vous pourrez déduire plusieurs années de suite si vous êtes malin… Oui, c’est possible ! Si vous êtes curieux d’en savoir plus on vous a fait un article là-dessus avec un petit modèle Excel sympa 😉 Déficit foncier : ne passez pas à côté de cette astuce.

Innovation et immobilier ne font pas bon ménage !? C'est ce que certains continuent de penser... Pour ma part, je suis plutôt de ceux qui pensent qu'une révolution est en marche 🙂 On en reparle dans quelques années ? #proptech

Leave A Comment

Lors d’un investissement locatif, vous pouvez bénéficier des nombreux avantages qu’offre le déficit foncier en réalisant des travaux. Ainsi vous profitez d’une réduction d’impôt sur le revenu non négligeable. Vous créez un déficit quand les charges liées à votre bien sont supérieures à vos revenus fonciers (ou revenus locatifs). Nous vous donnons plus de détails sur le principe du déficit foncier dans notre article dédié à ce sujet.

 

Les conditions de déduction des charges

Avant toute chose, si vous souhaitez déduire de vos revenus fonciers n’importe quelle charge se trouvant dans la liste ci-après, vous devez vous assurez qu’elle remplit les trois conditions suivantes :

  • Les dépenses sont destinées à un bien produisant un revenu foncier et faisant l’objet d’un contrat de location. Il ne peut pas s’agir d’un logement vacant, d’une résidence principale ou secondaire.
  • Les dépenses ont été payées dans l’année civile en cours pour être déduites du revenu de l’année concernée.
  • Les justificatifs de ces dépenses doivent être accessibles pour l’administration fiscale à tout moment. Gardez donc bien toutes vos factures. 😉

 

Les charges qu’il est possible de déduire

Il existe deux types de charges déductibles, les charges financières et les charges non-financières.

Les charges financières

  • Les intérêts d’emprunt (prêt pour acquisition, conservation, construction, réparation ou amélioration du logement, etc.)
  • Les frais associés aux intérêts (frais de dossier, frais de garantie, cotisations pour assurance emprunteur, etc.)

Voilà ici tout l’intérêt de réaliser un investissement en contractant un emprunt bancaire plutôt que de mettre toutes vos économies dans l’achat d’un bien. 😉

Warning

Attention, ces charges sont déduites sur le revenu foncier dans la limite du montant total de ces revenus. C’est-à-dire que si les charges financières sont supérieures aux revenus fonciers, vous ne pourrez déduire qu’un montant égal à ces mêmes revenus. La différence pourra être reportée sur les dix années suivantes.

Les charges non-financières

  • Les frais de gestion locative (frais d’agence immobilière, frais de gardiennage ou de conciergerie, etc.)
  • Les cotisations d’assurance (assurance habitation, loyer impayé, vacance locative, prêt, etc.)
  • Les charges de copropriété (charges qui ne sont pas récupérables auprès du locataire. Liste des charges récupérables)
  • Les impôts et taxes liés au bien loué (taxe foncière, taxe d’équipement, etc.)
  • Les dépenses acquittées pour le compte du locataire restant définitivement à votre charge (non-remboursement total des charges récupérables dues par exemple)
  • Les frais de procédure en cas de différend lié au bien (avocat, notaire, huissier, etc.)
  • Les travaux de réparation et d’entretien (remise aux normes de l’installation électrique, rénovation de la toiture, etc.)
  • Les travaux d’amélioration pour un confort supplémentaire (changement des fenêtres et volets, ajouter des éléments de sécurité type alarmes et digicodes, installation d’une cuisine équipée, etc.)
Warning

Attention, les travaux de construction, de reconstruction, de démolition ou d’agrandissement ne sont pas déductibles des revenus fonciers !

Vous pourrez déduire ces charges à partir de vos revenus fonciers nets de charges financières, donc à partir du résultat précédent. Le résultat après déduction est soit un bénéfice foncier, soit un déficit foncier.

 

Si vous êtes bel et bien dans le cas d’un déficit foncier, vous pourrez déduire ce montant de votre revenu imposable l’année où il est constaté dans la limite des 10 700€ autorisés. Montant que vous pourrez déduire plusieurs années de suite si vous êtes malin… Oui, c’est possible ! Si vous êtes curieux d’en savoir plus on vous a fait un article là-dessus avec un petit modèle Excel sympa 😉 Déficit foncier : ne passez pas à côté de cette astuce.

Innovation et immobilier ne font pas bon ménage !? C'est ce que certains continuent de penser... Pour ma part, je suis plutôt de ceux qui pensent qu'une révolution est en marche 🙂 On en reparle dans quelques années ? #proptech

Leave A Comment