Prix, marché, taux d’emprunt… faisons le point ensemble sur ce qu’il s’est passé la semaine dernière dans l’actualité immobilière. 

 

Comment financer votre investissement locatif – Les Échos

Encore une fois, la question de l’accès aux crédits immobiliers est remise sur la table dans cet article des Échos. Pour un investissement locatif les taux d’emprunt sont plus élevés que pour une résidence principale avec une variation de 0,10 à 0,30% selon Grégory Guermonprez, de la banque en ligne Fortunéo. La durée d’emprunt a de son côté diminué pour le locatif et les banques n’accordent que difficilement des prêts au-delà de 20 ans. Enfin, les 33% d’endettement sont désormais respectés à la lettre et ce même si vos revenus sont élevés et que vous disposez d’un reste à vivre très correct.

Capture d’écran de l’article / Lien vers Les Échos

 

Où trouver les meilleurs rendements ? – Les Échos

Pour l’investissement locatif il faut étudier plusieurs facteurs et notamment le rendement d’un bien qui se traduit ici par le rapport entre le loyer et le prix d’achat. Selon une étude réalisée par MeilleursAgents sur les 11 plus grandes villes de France, le rendement le plus élevé pour un T1 est de 6,6% à Lille et le moins avantageux est à Paris avec 3,5% pour un T1 également. Notez aussi qu’il est beaucoup plus rentable d’investir dans un T1 plutôt qu’un T2 ou T3. Le deuxième facteur à prendre en compte selon Les Échos est le taux d’occupation puisqu’un bien locatif ne sera rentable que s’il est occupé, forcément… Pour cela il faut vous renseigner sur le secteur du bien et sa tension locative : plus elle sera élevée, plus votre bien se louera facilement. Enfin, le dernier élément essentiel pour Les Echos concerne la fiscalité locale. En effet, la taxe foncière a également un gros impact sur le rendement d’un bien. Selon une étude menée par Meilleurtaux, le coût de la taxe locale représente en moyenne un mois de crédit supplémentaire tous les ans.

Capture d’écran de l’article / Lien vers Les Échos

 

Immobilier, Covid-19 et exode urbain : Les Français élargissent leur périmètre de recherche de logement 

Depuis la fin du confinement, les français se sont rendus compte qu’ils avaient besoin de plus d’espace et surtout plus de tranquillité et d’espaces verts. C’est ce que nous disent My Sweet’Immo dans leur article. Nous pouvons donc nous poser la question de savoir si nous nous dirigeons vers un exode urbain ou non ? Selon eux, il serait précoce de parler d’exode urbain aussi rapidement. Certes les annonces de vente et de location dans les grandes métropoles augmentent beaucoup (+23% à Lyon et +41% à Paris), mais seulement 29% des français se sont mis à élargir leur périmètre de recherche vers les régions. En effet, malgré leur désir de changer d’air, l’emploi se concentre dans les grandes villes urbaines, il est donc difficile de s’en éloigner. En revanche avec l’essor du télétravail, les banlieues pourraient être le juste milieu entre grande métropole et verdure.

 

Cette semaine, le marché de l’investissement locatif tourne une nouvelle fois autour des conditions d’obtention de crédit immobilier, les métropoles craignent un exode urbain mais qui ne se justifie pas finalement au vu du bassin d’emploi concentré dans les grandes villes. La majorité des français ne sont encore pas prêts à tout quitter pour leur confort personnel. 

Innovation et immobilier ne font pas bon ménage !? C'est ce que certains continuent de penser... Pour ma part, je suis plutôt de ceux qui pensent qu'une révolution est en marche 🙂 On en reparle dans quelques années ? #proptech

Leave A Comment

Prix, marché, taux d’emprunt… faisons le point ensemble sur ce qu’il s’est passé la semaine dernière dans l’actualité immobilière. 

 

Comment financer votre investissement locatif – Les Échos

Encore une fois, la question de l’accès aux crédits immobiliers est remise sur la table dans cet article des Échos. Pour un investissement locatif les taux d’emprunt sont plus élevés que pour une résidence principale avec une variation de 0,10 à 0,30% selon Grégory Guermonprez, de la banque en ligne Fortunéo. La durée d’emprunt a de son côté diminué pour le locatif et les banques n’accordent que difficilement des prêts au-delà de 20 ans. Enfin, les 33% d’endettement sont désormais respectés à la lettre et ce même si vos revenus sont élevés et que vous disposez d’un reste à vivre très correct.

Capture d’écran de l’article / Lien vers Les Échos

 

Où trouver les meilleurs rendements ? – Les Échos

Pour l’investissement locatif il faut étudier plusieurs facteurs et notamment le rendement d’un bien qui se traduit ici par le rapport entre le loyer et le prix d’achat. Selon une étude réalisée par MeilleursAgents sur les 11 plus grandes villes de France, le rendement le plus élevé pour un T1 est de 6,6% à Lille et le moins avantageux est à Paris avec 3,5% pour un T1 également. Notez aussi qu’il est beaucoup plus rentable d’investir dans un T1 plutôt qu’un T2 ou T3. Le deuxième facteur à prendre en compte selon Les Échos est le taux d’occupation puisqu’un bien locatif ne sera rentable que s’il est occupé, forcément… Pour cela il faut vous renseigner sur le secteur du bien et sa tension locative : plus elle sera élevée, plus votre bien se louera facilement. Enfin, le dernier élément essentiel pour Les Echos concerne la fiscalité locale. En effet, la taxe foncière a également un gros impact sur le rendement d’un bien. Selon une étude menée par Meilleurtaux, le coût de la taxe locale représente en moyenne un mois de crédit supplémentaire tous les ans.

Capture d’écran de l’article / Lien vers Les Échos

 

Immobilier, Covid-19 et exode urbain : Les Français élargissent leur périmètre de recherche de logement 

Depuis la fin du confinement, les français se sont rendus compte qu’ils avaient besoin de plus d’espace et surtout plus de tranquillité et d’espaces verts. C’est ce que nous disent My Sweet’Immo dans leur article. Nous pouvons donc nous poser la question de savoir si nous nous dirigeons vers un exode urbain ou non ? Selon eux, il serait précoce de parler d’exode urbain aussi rapidement. Certes les annonces de vente et de location dans les grandes métropoles augmentent beaucoup (+23% à Lyon et +41% à Paris), mais seulement 29% des français se sont mis à élargir leur périmètre de recherche vers les régions. En effet, malgré leur désir de changer d’air, l’emploi se concentre dans les grandes villes urbaines, il est donc difficile de s’en éloigner. En revanche avec l’essor du télétravail, les banlieues pourraient être le juste milieu entre grande métropole et verdure.

 

Cette semaine, le marché de l’investissement locatif tourne une nouvelle fois autour des conditions d’obtention de crédit immobilier, les métropoles craignent un exode urbain mais qui ne se justifie pas finalement au vu du bassin d’emploi concentré dans les grandes villes. La majorité des français ne sont encore pas prêts à tout quitter pour leur confort personnel. 

Innovation et immobilier ne font pas bon ménage !? C'est ce que certains continuent de penser... Pour ma part, je suis plutôt de ceux qui pensent qu'une révolution est en marche 🙂 On en reparle dans quelques années ? #proptech

Leave A Comment